Belgian Mother Shares How Her Babies Became Lethargic After Being Denied Supplemental Milk by Hospital Staff

A Letter from Karlyne C. from Belgium

I would like to share my experience, in hopes that it can be of some use. My name is Karlyne, I am the mother of 3 children and I live in Belgium. 

My first daughter, Moïra, was born in 2018. I had not looked up any information about breastfeeding during my pregnancy, I thought that since it is a natural process, it would be easy and that there was nothing more to know than the fact that I should put the baby on breast when she showed signs of hunger. When she was born, that is what I did, I put her on my breast.

But she could not manage to latch on, she would systematically let go of the breast. I asked the midwives who worked in the maternity ward for help. They would crumple my nipples while firmly holding her head to try to shove them in her mouth despite her cries. Hours went by without her being able to feed, and I could tell she was getting weaker, all the while the midwives were telling me that everything was normal. In response to my insistence, I was told to express colostrum in a small spoon, and to give it to her, if it could reassure me. I produced at most a few drops of colostrum, yet the midwives kept telling me that I had enormous quantities, and that a baby’s stomach is minuscule, that some 5 halves of those small spoons every 2 to 3 hours would be more than enough. Those few drops, Moïra refused because the spoon in her mouth made her nauseous, so she would not take it.  The midwives refused to bring me a clean spoon for me to try again, telling me that supplementing once was enough. 

As days went by, Moïra stopped crying, Moïra stopped reacting, she was completely inert. Her [glucose levels were] no longer even measured, although I had been diagnosed with gestational diabetes, which placed her at higher risk for hypoglycemia from the get-go. I kept desperately asking for a bottle to feed her, and it was systematically refused, with the reply: “You said that you would breastfeed, so you will breastfeed.” My loved ones who visited with me refused to bring me a bottle and formula, telling me that I should trust the medical professionals who knew best what I had to do.

I found a syringe without a needle laying around the maternity ward and, desperate, I cleaned it with shower gel, as I did not have access to anything more sanitary.  I did not know what the syringe had previously contained, it could well have been contaminated, but I told myself that I did not have any other choice, that my daughter would die if I did nothing, so I filled the syringe with tap water and put the water in her mouth. This woke Moïra up and she seemed very thirsty, she kept wanting (asking for) more and more water. Moïra had lost more than 10% of her weight, was jaundiced, was completely dehydrated, did not urinate and had no bowel movements.  

On her fourth day of life, she developed a high fever, at which point the midwives forbade me from touching her, aside from mild breastfeeding attempts, saying that I would increase her body temperature if I touched her. During the night, at my wit’s end, I threatened to sign a hospital discharge paper and leave the hospital if they continued to refuse to give me a bottle. After calling me a bad, mentally unstable mother (because I was crying due to my daughter’s distress), the pediatrician on call authorized for Moïra to receive formula using a cup, but refused to allow her to have a bottle, stating that this would create nipple confusion and prevent her from successfully nursing.  The midwife refused to let me feed the supplement myself, telling me that my daughter should not associate me to this “low quality milk”, and so she supplemented her herself. Moïra received one single supplementation, the midwives who worked the following shifts did not bring me more. 

The following day, on her fifth day of life, I could see my daughter dying. I began to scream, and to “shake” her, but she did not even open her eyes. Around 2 p.m., I said I was leaving the hospital whether they agreed or not, that I was heading home to give my daughter a bottle, because I would not leave her in that state any longer. The midwives and pediatrician prevented me from leaving by blocking the door until 9 p.m. The entire mdical team came to see me to tell me that if I left the hospital, my daughter would die, that her fever was likely due to an infection, not to dehydration as I was claiming, and that if I made the mistake of giving her a bottle, she would never take the breast again, because she would become lazy due to how easy bottle-feeding would be for her. I told them that my priority was to keep my daughter alive, and that if I had to give up on my wish to breastfeed her, I would. The pediatrician threatened to call social services and the police on me to tell them that I wanted to endanger my daughter’s well-being by leaving the hospital without her authorization. 

After several hours of what seemed like talking to the deaf, they opened the door for me and I left with my daughter. Of course, nobody explained to me how to safely prepare a bottle, I did not, for instance, know that one should not keep leftover formula in the fridge, I did not know the quantities of milk she should be having, nor which brand to buy. The pharmacist sold me whatever she had in stock, I prepared a large bottle and gave her that same bottle the whole night, not knowing that there was a risk of bacterial proliferation with reconstituted milk. 

Attached are pictures before and after the baby received formula.

The following day, day 6, I returned to the hospital for a blood test, to check her jaundice, as requested by the pediatrician. Only then was I told what to do and not to do for safe formula feeding, not without insults regarding my parental incompetence. After the blood test, we went back home. That afternoon, Moïra became hypothermic and stopped breathing. I rushed to the emergency room of a different hospital than the one where I had given birth. The emergency physician told me that I was negligent and a horrible mother for leaving the previous hospital against the doctor’s order. Moïra was hospitalized. I was given a breast pump, I would put her on breast, then I would pump, give her the 5 ml that I was able to obtain from pumping, then I would give her a bottle of formula. Very soon, I became unable to extract a single drop with the pump.  

In spite of this, I continued, for an entire month, to put Moïra on breast 8x per day before giving her the bottle, until I gave up faced with the fact that there was not a single gram of difference during weighted feeds. Medical professionals made me feel extremely guilty for ceasing breastfeeding. Moïra developed oral aversion, infant anorexia, as well as severe behavioral disorders including  ADHD, all of which doctors blamed me for, saying that it was all due to the stress I had inflicted on my baby while I was trying to breastfeed her. To this day, Moïra’s disorders affect our daily family life. 

In 2020, I had my daughter Ada. She would fall asleep very quickly on breast, she would scream as soon as I would remove her from my breast, and I would breastfeed all day, to the point where I nearly dropped her several times. Again, I asked for her to receive formula supplementation, explaining that I could no longer take it physically or mentally, that I was worried for my daughter, and again, the hospital refused. There were urate crystals in her diaper. As days went by, Ada became unconscious. I lied to the hospital, telling them that it was all good, that I was finally able to breastfeed her correctly. They let me leave with Ada, without even checking her state, content that they could add me to their quotas of breastfeeding mothers. I went back home and gave her a bottle, and her state improved right away. I was safer home than at the hospital. It is not normal to have to lie in order to have access to food for my baby. 

In 2021, my son Flynn was born. Again, the problems resurfaced. Nobody that I told my breastfeeding history to at the hospital could be bothered to tell me that my diabetes or my obesity could delay milk onset. Lactation consultants continued to tell me that babies have a stomach the size of a chickpea and that all women are able to breastfeed, and that all it took was just to place the baby on breast, in the proper position as frequently as possible. Nobody told me that there were nipple aids I could use to correct my inverted nipples, nor that the shape of my nipples could complicate breastfeeding. Nobody told me that my 3 children all suffered from ankyloglossia (tongue-tie). I only found all of this out when I met with a midwife who took the time to listen to me, analyze the situation and give me answers. She told me that I was allowed (had the right) to bottle-feed my son, because what mattered was his wellbeing and mine. 

I lost count of all my suicidal thoughts due to all the comments I heard about how I was an unworthy mother. I felt like an impostor, I kept telling myself that my kids deserved a better mom than me. With such a hospital policy, all they have managed to accomplish is to leave me completely disgusted with breastfeeding.

Should I ever have a fourth child, I would be way too scared of experiencing the same situation, where I would feel imprisoned in the maternity ward, where my child’s life would be a function of their feeding decisions. And yet, I would so wish to be able to breastfeed, to get the support to make it happen, and for solutions to be implemented to address the issues my child may face, all while ensuring that my child is fed. I would like to tell other moms who, like myself, see their babies suffering: trust yourself.

If your gut is screaming that your child is hungry, listen to yourself.

— Karlyne


Original Letter in French:

Bonjour,

Mon niveau d’anglais n’est pas très bon alors je me permets de vous écrire en français, et je compte sur un traducteur en ligne pour que vous compreniez mes mots. Je voudrais apporter mon témoignage, en espérant qu’il aura une utilité. Je m’appelle Karlyne, je suis la maman de 3 enfants et je vis en Belgique. 

Ma première fille, Moïra, est née en 2018. Je ne m’étais pas renseignée sur l’allaitement pendant la grossesse, je pensais que puisque c’était un processus naturel, c’était facile, qu’il n’y avait rien de plus à savoir que le fait de mettre le bébé au sein quand il manifeste des signes de faim. Quand elle est venue au monde, c’est ce que j’ai fait, je l’ai mise au sein. Mais elle n’arrivait pas à prendre le sein, elle le lâchait systématiquement. J’ai demandé de l’aide aux sages-femmes présentes à la maternité qui me trituraient les mamelons tout en lui maintenant fermement la tête pour essayer de lui fourrer dans la bouche malgré ses pleurs. Les heures passaient et elle ne s’était toujours pas alimentée et je voyais qu’elle s’affaiblissait, les sages-femmes me disaient que tout était normal. Face à mon instance, on m’a dit d’exprimer du colostrum dans une petite cuillère et de le lui donner si ça me rassurait. Je produisais à peine quelques gouttes de colostrum et les sages-femmes me disaient pourtant que j’en avais énormément, et que l’estomac d’un bébé était minuscule, qu’environ 5 demi petites cuillères toutes les 2 à 3h suffiraient amplement. Ces quelques gouttes, Moïra les a refusées car elle n’acceptait pas la cuillère dans la bouche qui lui donnait la nausée, et les sages-femmes refusaient de m’apporter une cuillère propre pour d’autres tentatives en disant qu’une fois un complément, ça suffisait. Les jours passaient, Moïra ne pleurait plus, Moïra ne réagissait plus, elle était totalement inanimée. Sa glycémie n’était même plus mesurée alors que j’avais fait du diabète gestationnel et qu’elle avait donc de base un risque accru d’hypoglycémie. Je demandais désespérément à ce qu’on me donne un biberon pour la nourrir et on me le refusait en me répondant “Vous avez dit que vous allaiteriez, alors vous allaiterez”. Mon entourage qui me rendait visite ne voulait pas m’apporter de biberon et de lait en poudre de l’extérieur en me disant de faire confiance au personnel médical qui savait mieux que moi ce qu’il fallait faire. J’ai trouvé une seringue sans aiguille qui traînait dans la chambre de la maternité et, désespérée, je l’ai nettoyé avec du gel douche, n’ayant accès à rien de plus hygiénique. Je ne savais pas ce qu’avais contenu la seringue au préalable, elle aurait pu être contaminée, mais je me disais que je n’avais pas d’autre choix, que ma fille allait mourir si je ne faisais rien, alors j’ai rempli d’eau du robinet la seringue et j’ai mis l’eau dans sa bouche. Cela a réveillé Moïra et elle avait l’air assoiffée, elle réclamait encore et encore de l’eau. Moïra avait perdu plus de 10% de son poids, avait une jaunisse, était complètement déshydratée, n’urinait pas et n’allait pas à selles. Au son quatrième jour de la vie, elle a développé une forte fièvre. Les sages-femmes m’ont alors interdit de la toucher en dehors des vaines tentatives d’allaitement en disant que j’allais faire augmenter sa température si je la touchais. Durant la nuit, à bout de nerfs, j’ai menacé de signer une décharge pour quitter l’hôpital si on refusait encore de me donner un biberon. La pédiatre de garde, après m’avoir traitée de mauvaise mère psychologiquement instable (parce que je pleurais face à la détresse de ma fille) a autorisé Moïra à recevoir un complément de lait artificiel au gobelet, refusant l’utilisation du biberon en disant que cela allait créer une confusion sein-tétine qui m’empêcherait d’allaiter. La sage-femme a refusé que je donne le complément moi-même en disant qu’il ne fallait pas que ma fille m’associe à ce lait de “mauvaise qualité”, et elle lui a donné elle-même. Moïra a reçu un unique complément, les sages-femmes qui ont pris le relais pour la garde suivante ne m’en ont pas apporté. Le lendemain, à son cinquième jour de vie, je voyais ma fille mourir, j’avais beau lui hurler dans les oreilles, la “secouer”, elle n’ouvrait pas un œil. Vers 14h, j’ai dit que je quittais l’hôpital, qu’ils le veuillent ou non, que je rentrais chez moi pour donner un biberon à ma fille car je n’allais pas la laisser comme ça plus longtemps. Les sages-femmes et la pédiatre m’ont empêchée de partir en bloquant la porte jusqu’à 21h. Toute l’équipe médicale venait me voir pour dire que si je quittais l’hôpital, ma fille allait mourir, que sa fièvre était probablement due à une infection et pas à la déshydratation comme je le prétendais et que si j’avais le malheur de lui donner un biberon, plus jamais elle ne prendrait le sein car elle allait devenir fainéante avec la facilité du biberon. Je leur répondais que ma priorité était de maintenir ma fille en vie, qu’importe comment, et que si je devais renoncer à mon envie d’allaiter pour son bien, je le ferais. La pédiatre me menaçait d’appeler les services sociaux et la police pour dire que je voulais mettre ma fille en danger en quittant l’hôpital sans son autorisation. Après plusieurs heures de dialogue de sourds, elles m’ont ouvert la porte et je suis partie avec ma fille. On ne m’avait bien sûr pas expliqué comment préparer un biberon de manière sûre, je ne savais pas qu’il ne fallait pas conserver les restes d’un biberon au frigo par exemple, je ne savais pas quelle quantité de lait elle était censée boire ni quelle marque de lait acheter. La pharmacienne m’a vendu ce qu’elle avait en stock, j’ai préparé un gros biberon et je lui ai donné à boire le même biberon durant toute la nuit sans savoir qu’il y avait un risque de prolifération bactérienne avec du lait reconstitué. Le lendemain, à J6, je suis retournée à l’hôpital pour faire une prise de sang pour vérifier sa jaunisse, comme demandé par la pédiatre. C’est seulement là qu’on m’a expliqué ce qu’il fallait faire et ne pas faire pour donner du lait artificiel de manière sûre, en ne manquant pas de m’insulter sur mon incompétence parentale au passage. Après la prise de sang, nous sommes rentrées à la maison. Dans l’après-midi, Moïra est tombée en hypothermie et ne respirait plus. J’ai foncé aux urgences d’un autre hôpital que celui où j’avais accouché. Le médecin urgentiste m’a dit que j’étais une inconsciente et une horrible mère pour avoir quitté l’hôpital précédent contre l’avis médical. Moïra a été hospitalisée. On m’a apporté un tire-lait, je la mettais au sein, puis je tirais mon lait, lui donnais les 5 ml que j’arrivais à obtenir, puis je lui donnais un biberon de lait artificiel. Très vite, je n’arrivais plus à tirer une seule goutte au tire-lait. Néanmoins, durant 1 mois, j’ai continué à mettre Moïra au sein 8x par jour avant de lui donner son biberon, avant d’abandonner voyant qu’il n’y avait pas un gramme de différence lors des doubles pesées après la tétée. Le personnel médical m’a énormément culpabilisée d’arrêter les mises au sein. Moïra a développé des troubles de l’oralité, de l’anorexie du nourrisson et d’importants troubles du comportement dont le trouble de l’attention avec hyperactivité, et les médecins mettaient tout sur mon dos en disant que tout ça était à cause de moi qui l’avait stressée durant la période où je tentais d’allaiter. Aujourd’hui encore, les troubles de Moïra affectent notre vie de famille au quotidien.

En 2020, ma fille Ada est née. Elle s’endormait très rapidement au sein, hurlait dès que je l’en enlevais et je passais toute la journée à allaiter à tel point que je m’endormais avec elle à bras et j’ai failli la lâcher plusieurs fois. J’ai à nouveau demandé à ce qu’elle reçoive un complément de lait artificiel en disant que je n’en pouvais plus physiquement et psychologiquement et que je m’inquiétais pour ma fille, et l’hôpital a à nouveau refusé. Il y avait des cristaux d’urate dans son lange. Les jours passant, Ada a perdu connaissance. J’ai menti à l’hôpital en disant que ça y est, j’arrivais à allaiter correctement. Alors ils m’ont laissée sortir avec Ada, alors qu’elle était inanimée, sans même vérifier son état, heureux de pouvoir me compter dans leur quota de mères allaitantes. Je suis rentrée à la maison et lui ai donné le biberon et son état s’est tout de suite amélioré. J’étais plus en sécurité chez moi qu’à l’hôpital, ce n’est pas normal de devoir mentir pour pouvoir accéder à de la nourriture pour son enfant. 

En 2021, mon fils Flynn est né. À nouveau les mêmes problèmes se sont posés. Personne à l’hôpital à qui je racontais mes antécédents concernant l’allaitement n’avait pris la peine de me dire que mon diabète ou mon obésité pouvaient retarder la montée de lait. Les consultantes en lactation continuaient à me dire qu’un bébé a un estomac de la taille d’un pois chiche et que toutes les femmes sont capables d’allaiter, qu’il suffit de mettre le bébé dans la bonne position aussi fréquemment que possible. Personne ne m’a dit qu’il existait des Niplettes pour corriger mes mamelons ombiliqués ni même que la forme de mes mamelons pouvait compliquer l’allaitement. Personne ne m’a dit que mes 3 enfants étaient atteints d’ankyloglossie. Tout cela je ne l’ai appris que lorsque j’ai rencontré une sage-femme qui a bien voulu m’écouter, analyser la situation et me donner des réponses. Elle m’a dit que j’avais le droit de donner le biberon à mon fils car l’important était qu’il se porte bien et moi aussi. J’ai eu des pensées suicidaires un nombre incalculable de fois à cause de tous les commentaires disant que j’étais une mère indigne. Je me sentais comme un imposteur, je me disais que mes enfants méritaient mieux que moi. Avec une telle politique hospitalière, la seule chose qu’ils ont réussi à faire est de me dégoûter de l’allaitement. Si je devais avoir un quatrième enfant, j’aurais bien trop peur de revivre la même situation où je me sens en prison à la maternité, où la vie de mon enfant est à la merci de leurs décisions concernant son alimentation. Et pourtant je souhaiterais tellement pouvoir allaiter, être accompagnée pour y parvenir, que des solutions soient mises en place pour traiter les problème que mon enfant pourrait rencontrer tout en lui assurant d’être nourri. Je voudrais dire aux autres mamans qui comme moi voient leur bébé en souffrance : faites-vous confiance. Si vos tripes vous crient que votre enfant a faim, écoutez-vous. 

Je vous joins ici des photos avant et après avoir donné un biberon de lait artificiel. 

— Karlyne